Page:Büchner - La Mort de Danton, trad. Dietrich, 1889.djvu/7

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


PRÉFACE


Je rencontrai un soir, dans le salon de Victor Hugo, rue de Clichy, il y aura bientôt dix ans, un jeune homme à l’abord sympathique et distingué, à l’air sérieux, qui me parla d’une préface oubliée mise en tête d’un de mes livres de jeunesse, la Libre Parole, préface inquiète, alarmée, où je signalais, dès 1868, certaines supériorités de l’Allemagne. J’avais montré cette nation patiente et redoutable nous étudiant, nous Français, jusque dans nos origines, dans les premiers balbutiements de notre langue, dans les tableaux de notre histoire, et transportant couramment au théâtre, par exemple, notre Révolution. Je citais, à ce propos, un drame célèbre de Georges Büchner, la Mort de Danton, qui n’a jamais été traduit, et qui nous