Page:Bailly - Dictionnaire Grec-Français.djvu/954

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

|| 5 lumière des flambeaux, des torches. d’où lumières ou torches || II au plur. τά φώτα, jours d’une maison, fenêtres || III fig. : 1 publicité, vie publique || 2 lumière (de la vérité, etc.) || 3 bonheur, joie, salut || 4 gloire, parure [contr. de φάος].

φώς, φωτός (, qqf. ) poét. c. ἀνήρ, homme, d’où : 1 (ὁ, ἡ) être humain, homme ou femme : φωτῶν γένος, Eschl. la race des hommes ; particul. mortel, p. opp. aux dieux || 2 () homme de haut rang, en parl. des héros, des chefs, des grands : au sens collect. troupe de guerriers [φύω].

φῴς, gén. φῳδός () v. φωίς.

φωσσώνιον ou φωσώνιον, ου (τὸ) mouchoir de toile [dim. du préc.].

φωσφόρεια, ων (τὰ) (s. e. ἱερά) fête aux flambeaux en l’honneur de certaines divinités [φωσφόρος].

φωσ·φόρος, ος, ον, qui apporte ou qui donne la lumière : ὁ φωσφόρος ἀστήρ, Plut., l’étoile du matin, c. à d. la planète Vénus, qui apporte ou annonce la lumière du jour [φῶς, φέρω].

Φωσώνιον, v. φωσσώνιον.

φωτ·αγωγός, ός, όν, qui amène la lumière subst. ἡ φ. (s. e. θυρίς) fenêtre [φῶς, ἄγω].

Φωτεινός, ή, όν, lumineux || Cp. -ότερος, sup. -ότατος [φῶς].

φωτίγγιον, ου (τό) dim. du suiv.

φῶτιγξ, ιγγος (ό ou ή) sorte de fifre.

φωτίζω (f. ίσω, att. -ιῶ, ao. ἐφώτισα) : 1 intr. jeter de la lumière || 2 tr. éclairer, illuminer [φῶς].

φωτισμός, οῦ (ό) action d’éclairer, d’où lumière qui vient d’un astre [φωτίζω].

φωτο·ειδής, ής, ές, semblable à la lumière [φῶς, εἶδος].

Χ

Χ, χ (χῖ) khi, 22e lettre de l’alphabet grec. En chiffre χ’ = 600, = 600000.

χ’, élis. poét. pour κε dev. une aspirée.

χἀ, crase p. καὶ ἁ, dor. p. καὶ ἡ.

χάδον (ao. 2 poét.), χαδέειν (inf. ao. 2 poét. et ion.) de χανδάνω.

χάζεο (2 sg. impér. prés. moy. épq.), χάζετο (3 pl. impf. moy. épq.), χάζοντο (3 pl. impf. moy. épq.) de χάζω.

χάζω (seul. ao. 2 épq. κέκαδον p. *κέχαδον et fut. épq. κεκαδήσω) écarter, d’où séparer de, priver de, gén. || Moy. χάζομαι (f. χάσομαι, épq. χάσσομαι, ao. 1 ἑχασάμην, épq. χασσάμην, ao. 2 épq. 3 pl. κεκάδοντο, p. *κεχάδοντο) s’éloigner, se retirer de, gén. ou ἑκ avec le gén. ; abs. ἀψ, Il. ou ὀπίσσω, Il. se retirer en arrière, se reculer ; ὑπ’ ἔγχεος, Il. se reculer menacé par une lance ; avec un inf. se soustraire à, refuser de : δὶς θανεῖν oὐ χάζομαι, Eur. je ne refuse pas de mourir deux fois [R. Χα, être privé de ; cf. χήρα].

χαἱ, crase poét. p. καὶ αἱ.

χαίνω (f. inus., ao. 2 ἔχανον, pf. 2 κέχηνα au sens d’un prés.) I s’ouvrir, s’entr’ouvrir : τότε μοι χάνοι εὐρεῖα χθών, Il. alors que la terre s’entr’ouvre pour moi, c. à d. pour m’engloutir ; τὸ κεχηνός, Luc. ouverture béante || II 1 en parl. d’hommes ou d’animaux, ouvrir la bouche, la gueule ou le bec ; fig. rester bouche béante par l’effet de l’étonnement ou de l’attente, ou par désœuvrement (cf. franç. bayer aux corneilles) ; οἱ κεχηνότες, Ar. les badauds ; χ. τὸ στόμα τινι ou πρός τι, ouvrir la bouche pour avaler ou saisir qqe ch. ; fig. demeurer bouche béante, c. à d. stupéfait ou en admiration : πρός τι, devant qqe ch. ; πρός τινα, κατά τινος, devant qqn || 2 ouvrir la bouche pour parler, parler : δεινά ῥήματα κατά τινος, Soph. prononcer de terribles paroles contre qqn [R. Χα, être béant, d’où p. allong. R. Χαν ; cf. χάσκω, lat. hiare].

χάιος, α, ον, respectable, noble, bon.

χαῖρε, impér. de χαίρω.

χαίρεσκον, impf. itér. de χαίρω.

χαίρω (impf. ἔχαιρον, f. χαιρήσω, ao. inus. pf. κεχάρηχα ; pass. f. inus., ao. 2 ἐχάρην, pf. κεχάρημαι et κέχαρμαι, pl. q. pf. ἐκεχαρήμην) I se réjouir, être joyeux : χ. θυμῷ, Il. ἐν θυμῷ, Il. φρεσἰν ᾗσιν, Il. φρενα, Il. se réjouir dans son cœur, νόῳ χαιρειν, Od. se réjouir dans son cœur, c. à d. secrètement ; part. χαίρων, joyeux, gai, content, réjoui ; part. pf. κεχαρηκώς, m. sign. ou au sens de volontiers, de bon cœur de la part d’autrui, c. à d. impunément ; subst. τὸ χαῖρον, la joie || II se réjouir d’ordinaire, se plaire d’ordinaire à ou dans ; avec un part. : χαίρουσι χρεώμενοι, Hdt. ils aiment à se servir de, etc. || III avoir sujet de se réjouir, d’ord. avec la nég. c. à d. n’avoir pas sujet de se réjouir, avoir à regretter, à se repentir : οὐδ τιν’ οἴω Τρώων χαιρήσειν, Il. et je ne pense pas qu’aucun Troyen ait sujet de se réjouir ; οὐκ ἐχαίρησεν ἀλλ’ ἀπετέτμητο τὴν κεφαλήν, Plut. il n’eut pas sujet de se réjouir, loin de là, il eut la tête tranchée ; οὐ χαίρων ἐρεῖς, Soph. tu n’auras pas sujet de te réjouir de dire ; avec un rég. au dat. se réjouir de, prendre plaisir à, trouver son plaisir ou sa joie dans : διαῖτῃ, Xén. dans un genre de vie ; γἑλωτι, Xén. aimer à rire ; τῷ γυμνάζεσθαι, Plut. aimer à s’exercer ; τοὺς γὰρ εὐσεβεῖς θεοὶ θνῄσκοντας οὐ χαίρουσι, Eur. car les dieux n’aiment pas voir mourir ceux qui les vénèrent ; avec un acc. plur. neutre employé adv. : ταῦτα λυπεῖσθαι καὶ ταῦτα χαίρειν, Dém. s’affliger des mêmes choses et se réjouir des mêmes choses ; χ. χαράν, Plut. éprouver de la joie ; χαίρω ἀκούσας, Il. ἰδών, Il. je me réjouis d’avoir