Page:Baissette - De la péritonite.djvu/33

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.
— 34 —

fausses membranes de diverses formes, colorées en rouge vineux, peuvent provoquer des adhérences entre les deux lames péritonéales ; d’autres fois, elles sont incolores, transparentes ou épaisses.

Le péritoine présente une injection sanguine ; il existe quelquefois des exsudations. Les lymphatiques voisins du péritoine et les ganglions auxquels ils aboutissent sont engorgés, apparents. Alors la sérosité est claire, limpide et se solidifie au contact de l’air. Quelquefois, le liquide épanché est purulent, et le péritoine a l’aspect d’une membrane pyogénique.


Traitement. Les médications évacuantes et révulsive sont les seules employées : à l’intérieur, diaphorétiques, diurétiques ; tels que digitale, essence de térébenthine, scille, colchique, acétate et bi-carbonate de soude, nitre, poudre de Lebas, etc.

Sous le ventre, vésicatoires, sétons, moxas, cautérisation actuelle.

Si l’animal est débilité, on donne des toniques. Des scarifications, des pointes de feu suivies de frictions de liniment ammoniacal sur les œdèmes seront employés quelquefois avec avantage.


Parallèle entre la péritonite et la pleurésie.


Quoique la médication antiphlogistique, qui a reçu l’assentiment général des praticiens, soit théorique, appropriée à la nature de la maladie, personne ne se dissimulera son impuissance dans la plupart des cas. Aussi croyons-nous utile de mettre en relief l’analogie qui existe entre la pleurésie et la péritonite ; peut-être que de ce rapprochement nous pourrons tirer des déductions pratiques.