Page:Balzac, Chasles, Rabou - Contes bruns, 1832.djvu/48

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée

le craignais pas, mais uniquement parce qu’il m’avait pris dans une singulière amitié, et que, de moi, il prenait tout en gré. Je l’ai vu dans des colères dont rien ne saurait donner l’idée. Alors, son front se crispait et ses muscles dessinaient au milieu de son front un delta, ou, pour mieux dire, le fer à cheval de Redgauntlet, qui tous terrifiait encore plus peut-être que les éclairs magnétiques de ses yeux bleus ; tout son corps tressaillait ; et sa force, déjà si grande à l’état normal, devenait presque sans bornes. Il grasseyait beaucoup ; et sa voix, au moins aussi puissante que celle d’Oudet, jetait une incroyable richesse de son dans la syllabe ou dans la consonne sur laquelle tombait ce grasseyement. Si ce vice de prononciation était une grâce chez lui dans certains momens, lorsqu’il commandait la manœuvre ou qu’il était ému, vous ne sauriez imaginer quelle sécurité de puissance exprimait cette accentuation si vulgaire à Paris ; il faudrait l’avoir entendu.

Lorsque le colonel était tranquille, ses yeux bleus peignaient une douceur angélique ; son front pur avait une expression pleine de charme. A une parade il n’y avait pas à l’armée d’Italie d’homme qui pût lutter