Page:Balzac - Œuvres complètes Tome 5 (1855).djvu/148

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

frir. La douleur que lui causait la perte de son parrain était trop profonde pour qu’elle sentît l’amertume de ce changement de fortune, qui cependant apportait de nouveaux obstacles à son mariage. La tristesse de Savinien, en la voyant si réduite, lui fit tant de mal, qu’elle fut obligée de lui dire à l’oreille en sortant de la messe, le matin de son entrée dans sa nouvelle maison : — L’amour ne va pas sans la patience, nous attendrons !

Dès que l’intitulé de l’inventaire fut dressé, Massin, conseillé par Goupil, qui se tourna vers lui par haine secrète contre Minoret en espérant mieux du calcul de cet usurier que de la prudence de Zélie, fit mettre en demeure madame et monsieur de Portenduère, dont le remboursement était échu. La vieille dame fut étourdie par une sommation de payer cent vingt-neuf mille cinq cent dix-sept francs cinquante-cinq centimes aux héritiers dans les vingt-quatre heures, et les intérêts à compter du jour de la demande, à peine de saisie immobilière. Emprunter pour payer était une chose impossible. Savinien alla consulter un avoué à Fontainebleau.

— Vous avez affaire à de mauvaises gens qui ne transigeront point, ils veulent poursuivre à outrance pour avoir la ferme des Bordières, lui dit l’avoué. Le mieux serait de laisser convertir la vente en vente volontaire, afin d’éviter les frais.

Cette triste nouvelle abattit la vieille Bretonne, à qui son fils fit observer doucement que si elle avait voulu consentir à son mariage du vivant de Minoret, le docteur aurait donné ses biens au mari d’Ursule. Aujourd’hui leur maison serait dans l’opulence au lieu d’être dans la misère. Quoique dite sans reproche, cette argumentation tua la vieille dame tout autant que l’idée d’une prochaine et violente dépossession. En apprenant ce désastre, Ursule, à peine remise de la fièvre et du coup que les héritiers lui avaient porté, resta stupide d’accablement. Aimer et se trouver impuissante à secourir celui qu’on aime est une des plus effroyables souffrances qui puissent ravager l’âme des femmes nobles et délicates.

— Je voulais acheter la maison de mon oncle, j’achèterai celle de votre mère, lui dit-elle.

— Est-ce possible ? dit Savinien. Vous êtes mineure et ne pouvez vendre votre inscription de rente sans des formalités auxquelles le procureur du roi ne se prêterait point. Nous n’essaierons d’ailleurs pas de résister. Toute la ville voit avec plaisir la déconfiture d’une maison noble. Ces bourgeois sont comme des chiens à la curée. Il