Page:Balzac - Code des gens honnêtes.djvu/276

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.





CHAPITRE II.


§ 1.
Des Agens de change.


Les agens de change ne trouveront pas mauvais, sans doute, que nous ayons donné le pas, sur eux, aux notaires et aux avoués. Ce n’est pas à l’habileté, mais à l’ancienneté que nous avons dû accorder ici la préférence. En effet, depuis quelques années seulement, on a bien compris toute l’importance des agens de change : leurs charges qui ne coûtaient en 1814 qu’une cinquantaine de mille francs, se vendent aujourd’hui un million ; et les gens qui sont à même d’apprécier les ressources de l’industrie, assurent que ce n’est pas trop cher.

La probité et la considération des membres de ce corps financier, se sont sans