Page:Banville - Ésope, 1893.djvu/11

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
ÉSOPE

ACTE PREMIER


Le théâtre représente une cour intérieure dans le palais du roi Crésus. — Au fond, exhaussée de quelques marches, une terrasse couverte de vélums de couleur, très ensoleillée, où courent des plantes grimpantes. On aperçoit au loin la ville de Sardes.
Au lever du rideau, Crésus est assis sur un lit de repos. Rhodope, magnifiquement parée, est debout près de lui.



Scène première


CRÉSUS, RHODOPE



Crésus

Oui, Rhodope, visage en fleur au clair sourire,
Moi, Crésus, le Roi tout-puissant, je te désire.
Je te veux, je contemple ardemment, follement,
Tes yeux de flamme où brille un sombre diamant —
Cependant tu me hais, ou du moins tu me braves.


Rhodope

Je suis esclave, ainsi que tes autres esclaves.
Le Roi, qui pour l’avoir l’a payée assez cher,
Pour son plaisir fait ce qu’il veut de notre chair.