Page:Banville - Ésope, 1893.djvu/67

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
57
ÉSOPE

(À Crésus).

Ô Roi, lorsque rentré le soir dans ma maison
Sentant la flatterie égarer ma raison,
Je rêve, tourmenté par des vapeurs étranges,
Pour avoir longtemps bu le poison des louanges,
Seul, je dépouille alors, pour n’être plus troublé
La pourpre et les joyaux dont tu m’as affublé,
Et je revêts, pour qu’ils me rendent l’énergie,
Ces haillons vils que j’ai rapportés de Phrygie.
Alors, disgracieux, hideux, horrible à voir,
Je me regarde au cuivre étonné du miroir,
Et je dis : Favori du Roi que nul ne brave,
C’est toi ce gueux sinistre et c’est toi cet esclave.
Adoré dans le faste et l’éblouissement,
Sache bien que ta pourpre est un déguisement.
Oui, me regardant au miroir brillant et sombre,
C’est ainsi que je parle à mon reflet dans l’ombre.
Souviens-toi que tu fus triste, seul, opprimé,
Traînant ainsi qu’un loup ta maigreur, affamé,
Las, sordide, oublié par les Dieux secourables,
Et tâche d’être bon pour tous les misérables !


Crésus, à Cydias et à Orétès.

Qu’en dites-vous ?


Ésope, à Crésus.

Qu’en dites-vous ? Ô roi, dans ta puissante main,
Tu m’avais pris. J’ai dû rester fidèle, humain,
Doux pour les petits, et je veux, quoique je fasse,
Que la Vérité m’aide et me regarde en face !

(S’agenouillant aux pieds de Crésus).

Voilà mes crimes.


Crésus, à Ésope, le relevant.

Voilà mes crimes. Ah ! pardonne à ton Roi ! Mais
Tout n’est pas fini. Dieux ? Qui l’eût pensé jamais ?

(Aux Lydiens).

Peuple, tu frémiras. Ce que tu vas entendre
Est sombre. Il s’est trouvé deux traîtres pour te vendre
Ainsi qu’un vil bétail, et de même que toi,