Page:Banville - Œuvres, Le Sang de la coupe, 1890.djvu/13

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


PRÉFACE




Ce recueil n’a pas été, à l’origine, publié isolément ; il a paru pour la première fois, faisant suite aux Cariatides, aux Stalactites et aux Odelettes, dans le volume intitulé : Poésies complètes de Théodore de Banville, 1841–1854. Poulet-Malassis et de Broise, éditeurs, Paris, 1857. Le succès de la Bibliothèque Charpentier avait mis à la mode ces réimpressions des œuvres complètes d’un écrivain en un seul volume compact, et je dus, comme tout le monde, obéir à cette mode universellement adoptée. Mais la nécessité d’entasser et de faire tenir tant de poëmes en quatre cents