Page:Banville - Œuvres, Le Sang de la coupe, 1890.djvu/48

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
38
le sang de la coupe

Les Souffrances de l’Artiste

Artiste foudroyé sans cesse, ô dompteur d’âmes,
Sagittaire à l’arc d’or, captif mélodieux,
Qui portes dans tes mains ton bagage de flammes
Et tes soleils volés autour du front des Dieux !

Laisse toute espérance, éternelle victime,
Et ne querelle plus ton désespoir amer,
Puisque tu t’es chargé de remplir un abîme
Où tu verses en vain toute l’eau de la mer !

Va, tu peux y jeter les océans, poëte,
Sans étouffer ses cris et son rire moqueur.
La curiosité de la foule inquiète,
Voilà le nom du gouffre où tu vides ton cœur !

Un mot domine seul ce murmure sauvage,
Mais ce mot, c’est le clou d’or et de diamant
Et l’anneau qui te rive à ton dur esclavage,
Ainsi que Prométhée à son rocher fumant.