Page:Banville - Camées parisiens, s3, 1873.djvu/22

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.



III

JULES FAVRE

____


Ce titan en habit noir dit-il quelque chose en effet, lorsque plus bruyant et plus terrible que ses collègues Brontès et Stéropès, il fabrique et débite ses foudres dans la célèbre armoire aux paroles, à côté du verre d’eau sucrée ? Pas toujours peut-être ; mais qu’importe ? Ce front bosselé, ce nez indigné, cette lèvre inférieure qui va au devant de l’objection, cette prunelle tranchante, ce sourcil en zig-zag de