Page:Banville - Socrate et sa Femme, 1886.djvu/20

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.



Bacchis.

Les coupes ! Tiens ! Voici que la table est par terre


Xantippe.

C’est ma table. Ce n’est pas moi qu’on fera taire.
Courtisanes, et toi, ridicule artisan,
Philosophes, diseurs de rien, allez-vous-en !


Mélitta.

Quels cris fougueux !


Eupolis.

Quels cris fougueux ! La Peur voltige sur sa trace.


Dracès.

Partons !


Praxias.

Partons ! Elle a l’aspect riant d’un soldat thrace.


Antisthènes.

Elle est brave !


Bacchis.

Elle est brave ! Elle eut fait merveille à Marathon.


Eupolis.

Cependant je comprends le roi Zeus qui, dit-on,
Pendit au haut du ciel environné de brume
Sa brave femme, ayant à ses pieds une enclume !


Dracès.

Partons vite !


Bacchis.

Partons vite ! Au revoir, Socrate.