Page:Banville - Socrate et sa Femme, 1886.djvu/46

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.



Socrate.

Veux-tu me battre, ou non ? Tu ne veux pas ? Non.


Xantippe.

Veux-tu me battre, ou non ? Tu ne veux pas ? Non. Non ?
Si fait ! Tu me battras, ou j’y perdrai mon nom.


Socrate.

Mais non.


Xantippe, exaspérée.

Mais non. Bats-moi.


Socrate.

Mais non. Bats-moi. Non, par Hercule secourable !


Xantippe.

Tu ne veux pas ?


Socrate.

Tu ne veux pas ? Non.


Xantippe.

Tu ne veux pas ? Non. Non ?

Tu ne veux pas ? Non. Non ? Jetant le bâton et donnant un soufflet à Socrate.

Tu ne veux pas ? Non. Non ? Eh bien ! Tiens !

Xantippe, stupéfaite de sa propre action et comme foudroyée, tombe aux pieds de Socrate.

Xantippe, à genoux. Avec confusion.

Tu ne veux pas ? Non. Non ? Eh bien ! Tiens ! Misérable !
Voilà que je retombe en mon égarement.
Ta Xantippe n’est rien que démence et tourment.
Hélas ! à quoi, taillée en une telle étoffe,
Peut-elle donc servir ?


Socrate, la relevant et la prenant dans ses bras.

Peut-elle donc servir ? À faire un philosophe !