Page:Barbara - L’Assassinat du Pont-Rouge, 1859.djvu/160

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


était de beaucoup plus douloureux encore : elle vivait vraiment dans les flammes. La présence de l’enfant dans la maison acheva d’en rendre le séjour intolérable. Incessamment, jour et nuit, nous vécûmes au milieu des scènes les plus cruelles. L’enfant me glaçait d’horreur. Je faillis vingt fois l’étouffer. Outre cela, Rosalie, qui se sentait mourir, qui croyait à la vie future, aux châtiments, aspirait à se réconcilier avec Dieu. Je la raillais, je l’insultais, je menaçais de la battre, j’entrais dans des fureurs à l’assassiner. Elle mourut à temps pour me préserver d’un deuxième crime. Quelle agonie ! Elle ne sortira jamais de ma mémoire.

« Depuis, je n’ai pas vécu. Je m’étais flatté de n’avoir plus de conscience, de ne jamais connaître le remords, et cette conscience, ces remords grandissent à mes côtés, en chair et en os, sous la forme de mon enfant. Cet enfant, dont, malgré l’imbécillité, je consens à être le gardien et l’esclave, ne cesse de me torturer par son air, ses regards étranges, par la haine instinctive qu’il me porte. N’importe où que j’aille, il me suit pas à pas, il marche ou s’assoit dans mon ombre. La nuit, après une journée de fatigue, je le sens à mes côtés, et son contact suffit à chasser le sommeil de mes yeux ou tout au moins à me troubler de cauchemars. Je crains que tout à coup la raison ne lui vienne, que sa langue ne se délie, qu’il ne parle et ne m’accuse. L’inquisition,