Page:Barbara - L’Assassinat du Pont-Rouge, 1859.djvu/34

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


vaisselle, et le reste, ça été un grain de mil dans une gueule d’âne. La grossesse de Rosalie, qui est venue ensuite, a occasionné forcément un surcroît de dépenses. Je ne me rappelle pas sans frémir qu’au moment des couches il n’y avait pas un sou à la maison, et je me demande encore où j’ai trouvé des forces et des ressources pour doubler ce cap terrible. Quoi que j’en eusse, il a bien fallu faire de nouvelles dettes et escompter encore une fois l’avenir. Ce n’est heureusement qu’une gêne momentanée dont le terme est même très-prochain. Tel que tu me vois, je suis résolu à faire de l’industrie ; j’ai déjà sur le chantier une dizaine d’affaires très-belles. C’est étrange, n’est-ce pas ? Mais j’ai pris goût au bien-être, je me suis affolé de considération, et il me semble que je n’aurai jamais assez ni de l’un ni de l’autre. Je prétends payer peu à peu intégralement mes vieilles dettes, vivre dans l’aisance et devenir un parfait honnête homme, selon le monde. C’est si simple ! Pour commencer, j’espère qu’avant peu tu me verras mieux logé et dans un quartier moins triste. Je veux avoir de beaux meubles, acheter un piano, et faire apprendre la musique à cette pauvre Rosalie qui s’ennuie à périr. Nous verrons… »

Tout en disant cela, Clément inclinait vers la terre un front chargé de rêveries funèbres, ce qui était au moins l’aveu d’une satisfaction bornée.

Quant aux faits qu’il venait d’égrener complaisamment,