Page:Barbey d'Aurevilly - Une vieille maitresse, tome 1.djvu/93

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


cela que des réalités piquantes, l’esclavage des plaisirs dépravés. Il interpréta avec son imagination corrompue le mot et l’air de la señora :

« Vous êtes deux grands scélérats ! — dit-il, avec une gaieté qui n’excluait pas la convoitise, en pensant à Marigny et à elle. — Pour tenir si bien l’un à l’autre, il faut qu’il y ait des crimes entre vous ! »