Page:Barbey d’Aurevilly - Les Bas-bleus, 1878.djvu/263

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


CHAPITRE XIX

Mme LOUISE COLET[1]

Ce n’est pas seulement un bas-bleu. C’est le bas-bleu ême. Elle s’élève jusqu’à l’abstraction ! D’autres l’elle sont bas-bleus, avec l’aveuglante vanité du mre, les prétentions, l’orgueil déplacé, le ridicule et mpuissance. Elle a tout cela aussi, M"^ Louise Colet, — ais elle a de plus l’insolence et la provocation — la ’ovocation lâche et fanfaronne d’une femme qui sait en qu’en cette terre de France, une jupe peut se perettre tout, sans aucun danger... De son vivant, elle avait appris et elle dut le savoir mieux que personne. 1 n’a pas oublié et on n’oubliera point dans l’histoire téraire du xix« siècle, — côté burlesque — son coup de couteau à Alphonse Karr pour le punir de l’avoir quée dans ses Guêpes. Qui ne s’en souvient ? Alphonse arr retira tranquillement le couteau de l’endroit où le l’avait planté, et il l’exposa sur sa cheminée avec tte calme inscription «donné par M’"^ Louise Colet... ms le dos. » On n’a pas oublié non plus le crachat dont 1 soir, en plein salon, — elle étoila le visage surpris

  1. Étude sur Mirabeau. — Lui. — Les Derniers Marquis. — Les rniers Abbés. — U Italie des Italiens. — Chez Dentu.