Page:Barbey d’Aurevilly - Les Philosophes et les Écrivains religieux, 1860.djvu/442

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


esprits déducteurs et qui y doivent devenir fécondes ? Quand un théologien protestant comme M. Hasse, quand un hégélien nettement accusé comme M. Frank, quand un rationaliste comme M. Bouchitté, quand enfin M. de Rémusat, prennent à parti la métaphysique de saint Anselme, la commentent tour à tour et l’interprètent, ils savent bien ce qu’ils font et ils font bien. Il faut être assez impartial pour le reconnaître. Ni les efforts de Mœhler, le théologien catholique qui s’est occupé, dans un autre but, de la métaphysique de l’illustre archevêque, ni les petites chicanes d’une revue estimable (la Revue de Louvain), qui prétendait et montrait plaisamment un jour que M. de Rémusat n’entendait pas même le latin du texte qu’il traduisait, ne nous feront perdre de vue la vérité dans cette question de la métaphysique de saint Anselme. Or la vérité, la voici ! C’est que saint Anselme, par cela même qu’il se détournait de la théologie vers la métaphysique, posait au XIe siècle, dans l’innocence et la sécurité de sa foi, les problèmes que la métaphysique agite, depuis qu’elle existe, sans les résoudre ; et que les posant nécessairement comme les métaphysiciens les posent, il était justiciable des métaphysiciens et qu’ils ont eu parfaitement le droit de dire, comme ils l’ont dit, dans quelle mesure ils admettaient sa pensée et dans quelle mesure ils ne l’admettaient pas. Ainsi, pour revenir à Hegel, Hegel a eu le droit d’écrire cette arrogante réserve : « II ne manque à l’argument de saint Anselme que la conscience de l’unité de l’être et de la pensée dans l’infini », et M. de Rémusat a eu le droit aussi, à la fin de son ouvrage, de reprendre l’arguaient du Prologium, afin de le purifier