Page:Barbey d’Aurevilly - Premier Memorandum, 1900.djvu/32

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


peinture. à mon avis, il humilie trop Martyn devant le Poussin. Ai dit mes raisons, que je donne comme opinions personnelles, mais non comme vérité. On ne me reprochera pas le dogmatisme en fait d'arts.

En ceci, je suis de mon siècle, individuel et sceptique. — revenu. — fait allumer du feu et écrit à Grunn une lettre qui pourra bien ne pas plaire à son obèse personne, mais tant pis ! — tout manque de procédé sera à jamais fustigé d'importance par moi, qui me soucie fort peu des résultats qu'une leçon donnée peut avoir.

Reçu le plus suave billet de Mme De L R... en réponse au mien. — me prie de dîner samedi ou mardi à mon choix ? — irai-je ? — c'est singulier, je ne puis souffrir dîner en ville avec des femmes.

Je ne dîne bien qu'en dîner de garçons ou seul ; car je deviens un animal diablement égoïste et solitaire. Et puis, même quand je vais dans le monde, j'ai comme un regret au moment où j'y suis et où j'y cause le plus, de ma chambre en désordre, de ma table couverte de paperasses et de mes livres épars.

— c'est le monde, je crois, qui m'a donné l'amour

de la solitude tant détestée autrefois, — intolérable même. à Caen, je ne pouvais rester seul, cela me tuait, et comme (la première année) je ne connaissais personne, je passais mes soirées à rôder dans les rues, le plus souvent avec ce pauvre H...d