Page:Barbey d’Aurevilly - Un prêtre marié, Lemerre, 1881, tome 1.djvu/308

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


voiture dans la cour ; — et elle alla jusqu’à la fenêtre dont elle fit retomber le rideau.

— Il n’est pas seul, ajouta-t-elle en revenant vers le lit de Néel, — deux autres personnes l’accompagnent et sont descendues du char-à-bancs après lui.

— Ah ! s’il y a du monde avec mon père, dit Néel contrarié, ce ne peut être que monsieur de Lieusaint et sa fille ! Il n’y a qu’eux qui puissent venir me voir.