Page:Barrès - La Colline inspirée, 1913.djvu/11

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
LA COLLINE INSPIRÉE[1]





CHAPITRE PREMIER

IL EST DES LIEUX OÙ SOUFFLE L’ESPRIT


Il est des lieux qui tirent l’âme de sa léthargie, des lieux enveloppés, baignés de mystère, élus de toute éternité pour être le siège de l’émotion religieuse. L’étroite prairie de Lourdes, entre un rocher et son gave rapide ; la plage mélancolique d’où les Saintes-Maries nous orientent vers la Sainte-Baume ; l’abrupt rocher de la Sainte-Victoire tout baigné d’horreur dantesque, quand on l’aborde par le vallon aux terres sanglantes ;

  1. Plusieurs des personnes qui furent mêlées aux événements que nous allons raconter existent encore ; d’autres ont disparu depuis trop peu de temps pour qu’il soit sans inconvénient de les mettre en scène. Aussi l’auteur prendra la liberté de substituer à certains noms propres des noms imaginaires.