Page:Barrès - La Colline inspirée, 1913.djvu/9

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


MAURICE BARRÈS

de l’académie française

―――


LA


COLLINE INSPIRÉE

… etsi nemo scit hominum quae sunt hominis, nisi spiritus hominis qui in ipso est ; tamen est aliquid hominis quod nec ipse scit spiritus hominis qui in ipso est.

(Les Confessions de Saint-Augustin.)


―――――――


PARIS

ÉMILE-PAUL FRÈRES, ÉDITEURS

100, rue du faubourg-saint-honoré, 100

PLACE BEAUVAU

1913