Page:Barzaz Breiz 4e edition 1846 vol 2.djvu/143

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

— Je n’ai point trop dansé, ma mère : c’est le méchant marquis qui l’a tué !

Le traître de marquis de Guérand a tué mon pauvre clerc !

Vous direz au fossoyeur, quand il ira le prendre chez lui :

« Ne jette point de terre dans sa fosse, car dans peu ma fille l’y suivra. »

Puisque nous n’avons point dormi sur la même couche, nous dormirons dans le même tombeau ;

Puisque nous n’avons point été mariés en ce monde, nous nous marierons devant Dieu. —


______