Page:Barzaz Breiz 4e edition 1846 vol 2.djvu/29

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

« Les larmes coulent à torrents sur tous les visages, s’écrie un de ces malheureux bardes.

· · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · ·

« N’avez-vous pas vu le cours du vent et des nuages ?

« N’avez-vous pas vu les chênes qui mutuellement s’écrasent ?

« N’avez-vous pas vu la mer s’élancer et ravager la terre ?

« N’avez-vous pas vu le soleil détourné de sa course et perdu dans les airs ?

« N’avez-vous pas vu les astres déserter leur orbe et tomber ?

« Et ne voyez-vous pas que c’est la fin du monde !

« Je crierai jusqu’à toi, Seigneur ! pourquoi l’Océan n’engloutit-il pas le monde ?

« Et pourquoi nous laisses-tu plus longtemps nous consumer dans les angoisses ?

« Plus d’asile pour nous, malheureux ! plus de conseil ! plus de refuge !

« Plus de voie pour fuir notre lamentable destin[1] ! »

Un autre s’adressait ainsi à Dieu : « O Christ ! ô mon Sauveur ! puissé-je descendre dans la tombe, aujourd’hui que le nom de barde est un vain nom, un nom mort[2] ! »

Quelques-uns n’auraient-ils pas, comme leurs pères au sixième siècle, cherché un asile en Armorique ? Nous n’en avons aucune preuve, mais c’est possible ; en tous cas, l’épilogue d’Azénor nous attestant qu’au commencement du quinzième siècle comme au sixième, comme au dixième[3], un seigneur breton avait un barde, et ce barde ayant pu venir d’outre-mer, nous croyons devoir dire un mot de l’état des poëtes gallois à cette époque.

Malgré la conquête anglo-normande, les lois d’Hoel le Bon restèrent généralement en vigueur dans les cours et les châteaux des petits chefs cambriens.

D’après ces lois, le barde domestique recevait de son patron un habit de laine, et de sa dame un vêtement de lin. En marche, il montait un cheval de leur écurie. À Noël, à Pâques et à la Pentecôte, il prenait place au banquet à côté du majordome, qui lui remettait la harpe entre les mains. Son patrimoine particulier était exempt d’impôts, et sa personne mise à l’abri de toute injure. Ses

  1. Myvyrian, t. I, p. 396.
  2. Evan Evans, Welsh Bards, p. 46.
  3. Voyez t. I, p. 316.