Page:Bascan - Monologues Normands pour ceux qui veulent rire, 1903.djvu/28

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


L’pér’ Dieulafée

(En patois des environs de Vire)




Kerr’iez-vo qu’il a du toupet, l’pér’ Dieulafée, kerr’iez-vo qu’y n’n’a ! Pass’ qu’il est gros marchand de volaille, y s’figure qu’y va m’tord’ l’co comme à un pigeon ! Y m’réquiam’ dix-neuf freins, et c’est li qui m’en dait vingt !… Oui, c’est li qui m’dait et j’li prouv’rai.

Ya pâs pus d’troués s’maines, à Saint-Hilaire, j’y ai veindu un canard, deux poulettes et un lapin blanc, un joli p’tit lapin qu’était bé sûr pus geintil qu’li. L’pér’ Dieulafée dit non, mais mé j’dis qu’si, et j’sis pas pus menteux qué li, j’suppose ?… La mèr’ Besson est viveinte comme mé, é pourra bé l’dire. La preûve, c’est qué l’pér’ Dieulafée ya payé un sou d’café en même teimps qu’à mé, et il y fésait dé complimeints, c’vieux cô-là, comme à eun’ jeunesse.

Dans tous lé càs, j’n’y paierai pâs c’qué j’n’y dais pâs. Comment ! Y m’réquiame anieu dix-neuf freins, l’aut’ jou y m’en réquiamait veingt neuf, c’est li qui m’en dait vingt et y dit que j’ié dais ! Vo z’y compernez quéqu’chose, vo, à s’n’affaire ? Mé, j’compreinds qu’y veut m’rouler, comme il en a roulé bi d’aut’.

Eh bi, no verra ! Por vingt-deux sous qu’ça coûte, no