Page:Basset - Nouveaux Contes berbères, 1897.djvu/106

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


93

Les deux femmes (170).
(Mzab).

Au temps passée deux femmes, l’une pécheresse, l’autre vertueuse, allèrent consulter un t’aleb. « Que faites-vous dans ce monde ? leur dit-il — Moi, dit la seconde, j’ai obéi à mes parents et je fais l’aumône. — Moi, dit l’autre, j’ai été adultère. — Tu n’auras pas l’approbation de Dieu, dit le t’aleb. » Ensuite il se tut et demeura quelque temps sans parler, puis il reprit : « Vous irez passer la nuit dans le cimetière de Sidi ’Aïssa, chacune se couchera sur son tombeau et récitera dix fois la Sourate : Dis, Dieu… » Elles s’endormirent : un beau jeune homme trouva la femme vertueuse et lui donna en songe à manger. « Tu visiteras mon verger, lui dit-il. » Elle y trouva des dattes nouvelles