Page:Basset - Nouveaux Contes berbères, 1897.djvu/116

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


97

Sidi Sa’ïd Akerramou (178).
(Chelh’a).

Un saint qu’on appelait Sidi Sa’ïd Akerramou était savant et enseignait aux djinns et aux t’olba. Il dirigeait une grande medersa où étaient trois cents disciples ; sa maison fournissait de quoi boire et manger. Il avait chez lui une vache qui nourrissait tout le monde de lait doux et de lait aigre pour le dîner, le souper et le déjeûner, autant qu’on en voulait. Les hôtes qui étaient chez lui allaient le trouver : quiconque venait, il lui donnait à manger et à boire ; il nourrissait aussi les mulets, les chevaux et les ânes ; il donnait à la bête de la provende avec une cuillère. Les animaux mangeaient jusqu’à