Page:Basset - Nouveaux Contes berbères, 1897.djvu/132

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


102

Les deux frères, la marmite et le bâton (185).
(Mzab).

Il y avait deux frères l’un était pauvre, l’autre avait du bien : le premier avait quatre filles, le riche était sans enfants. Le pauvre coupait du bois qu’il vendait à la ville et apportait à ses enfants de quoi manger. Un jour, c’était jour de fête, il n’avait chez lui rien à manger, il partit couper du bois. Un jujubier sauvage lui dit : « Que me veux-tu aujourd’hui ? c’est fête et j’invoque Dieu ! — J’ai faim, dit le bûcheron, donne-moi de quoi manger, sinon je te coupe. — Prends cette marmite, répondit le jujubier, garde-la ; elle te nourrira jusqu’à ta mort. Quand tu voudras quelque chose, dis-le lui, elle te le donnera. »