Page:Basset - Nouveaux Contes berbères, 1897.djvu/226

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

131

Plaintes de l’orphelin (233).
(Mzab).

Si j’avais mon père et ma mère, je posséderais un burnous et un haïk,
Une gandoura de soie, des chaussures noires, un bonnet de fil ;
On me donnerait du blé, de la graisse et d’excellentes dattes ;
J’aurais de riches vêtements, je monterais des juments :
Une belle fille me prendrait pour mari.
Depuis que mes parents sont morts, on me laisse manquer de tout :
Je souffre de la faim et de la soif ;
Je dors dans les rues, dévoré par la vermine,
Je demande à notre Maître que par sa puissance il me rende mes parents.