Page:Basset - Nouveaux Contes berbères, 1897.djvu/84

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


84

L’agneau et le chacal (158).
(Ouargla).

Le chacal rencontra l’agneau et lui dit : « Que fais-tu ? — Mon oncle, répondit l’agneau, ne me mange pas ; laisse-moi à cette place ; dans un an, ou trois mois, ou quatre, ou cinq, ou six, j’aurai acquis de l’embonpoint ; je serai gras, mon oncle. — Tu seras gras et gros comme un démon, répondit le chacal. — Je te donne ma parole que je ne trompe personne en rien. »

Le chacal partit et revint quand les mois furent écoulés. « Me voici, dit-il à l’agneau. — Qu’ai-je à faire avec toi ? — Me voici, et ta parole ? — Je n’ai rien entendu, et aujourd’hui j’ai des cornes. — Fils de juive, s’écria le chacal, tu manques à la promesse faite à