Page:Basset - Nouveaux Contes berbères, 1897.djvu/87

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

86

La vengeance du sanglier (161).
(Harakta).

Des enfants cherchaient après des trous d’abeilles ; ils virent les narines du sanglier dans sa bauge : ils les prirent pour des trous d’abeilles, apportèrent du bois et l’y introduisirent. L’animal grogna et se précipita sur eux. Ils s’enfuirent et tombèrent effrayés. Des chevaux, un piéton et des lévriers arrivèrent. Le sanglier sortit de sa bauge et dit : « Je n’ai jamais mangé de brebis, ni de chèvre pour vivre : j’en tuerai un, » Il s’élança, tua un cheval, ensuite le piéton, ensuite deux lévriers.

Un chasseur, qui avait un chien nommé Guettâl (le tueur), le rencontra : il lança sur lui le chien ; celui-ci saisit le sanglier par le jarret jusqu’à-ce que les auxiliaires arrivèrent et le tuèrent.