Page:Basset - Nouveaux Contes berbères, 1897.djvu/90

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

grillon apporta de la farine. La fourmi se mit à la passer au crible : « Secoue la poussière de ta tête, » lui dit-il. Elle secoua sa tête qui s’envola ; il se mit à rire si fort qu’il creva et mourut.