Page:Bastide - La Petite Maison.djvu/23

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


qui lui avait écrit une lettre philosophique à l’occasion de son journal intitulé le Nouveau Spectateur, où elle fut insérée (1758). Ce journal ayant recommencé à paraître, en 1760, sous ce titre : le Monde comme il est, Bastide écrivit à Voltaire pour le prier de contribuer de sa plume à la rédaction du journal ressuscité. Voltaire répondit indirectement, dans une lettre à Thiriot (8 novembre 1760) : « Je vous prie de dire à M. de Bastide que, si je trouve quelques rogatons qu’il puisse insérer dans son Monde, je vous les adresserai. Pardon si je ne lui écris pas : je ne sais auquel entendre ; la journée n’a que vingt-quatre heures. » On trouve en effet, dans le Monde comme il est (Paris, Bauche, 1761, 4 vol. in-12), plusieurs communications de Voltaire, entre autres un Avis signé (p. 110 du t. IV). Bastide était également en rapport de correspondance avec J. J. Rousseau, qui lui envoya, pour être inséré dans son journal, un extrait du Projet de paix perpétuelle de M. l’abbé de Saint-Pierre.