Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 1, 1922.djvu/32

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


geai même pas à faire représenter la pièce. La partition était si forte et si belle qu’elle triompha de tous les obstacles et vit la rampe à l’Opéra-Comique en 1912. Cette partition compte parmi les quatre ou cinq plus belles de ces vingt dernières années. Lazzari avait suivi la même méthode que la mienne et au lieu de pénétrer comme tant de musiciens dans le folklore national, en déformant les thèmes populaires, il demeura respectueux des rythmes nus. Il inventa d’autres thèmes, il ne pataugea point dans le contre-point et les développements. Il faut voir ce que par la simple orchestration, il est arrivé à faire des six premières notes du motif noté par la Villemarqué et qui est devenu le thème fondamental de la Lépreuse.