Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 1, 1922.djvu/45

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



ERVOANIK.

Vous la connaissez,

nous avons dansé en rond avec elle

plus d’une fois sur l’aire…


MATELINN.

Comment nommez-vous votre amie ?


ERVOANIK.

C’est la plus jolie fille qui jamais

portât coiffe de lin…

et elle a le nom d’Aliette.


MATELINN.

Avez-vous entendu, cette fois, Marie ?

Dites à votre cœur de se contenir.

Regarde-moi… Yohan… fille de femme,

ceci n’est qu’un mauvais conte… tu mens !


ERVOANIK.

J’ai dit la vérité, la grande vérité de mon âme…


MATELINN.

Tu mens, tu mens, au milieu de tes yeux.


ERVOANIK.

Et pourquoi mentirais-je ? J’épouserai Aliette Tili.