Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 11, 1922.djvu/134

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



DON JUAN.

En quoi votre serviteur vous a-t-il offensée ?


INÈS.

C’est décidé, il faut rompre.


DON JUAN.

Sans avoir commencé ?… Moi qui ne pense qu’à l’heure où vous vous accorderez !… Qu’y a-t-il en moi qui vous déplaît ?


INÈS.

L’architecte qui vous a bâti n’était pas sot…


DON JUAN.

Je n’ai plus vingt ans… cependant, je ne suis pas un barbon. Que me manque-t-il ? L’intelligence ?…


INÈS.

Moyenne.


DON JUAN.

Concluez.


INÈS.

Mais je ne veux qu’un mari… et un mari considérable !


DON JUAN.

J’en ferai un sortable à tout le moins… Les poches un peu vides, je sais bien…


INÈS.

J’ai de quoi les remplir… L’objection n’est pas là… Mais, puisque vous y tenez, Je vais vous dire une fois pour toutes ce qui vous manque, mon ami.

(Elle rejette le châle et apparaît dans un merveilleux costume très décolleté.)