Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 11, 1922.djvu/191

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



MARTHE.

27… 28…


BARNAC.

19… 17… 16…


MARTHE, (s’arrête.)

Ah ! tu m’embrouilles ! Je recommence !… 1… 2… 3…


BARNAC.

Comme le moine…


MARTHE, (sautant.)

Quel moine ?…


BARNAC.

C’est une vieille histoire obscène… Je ne te la raconterai pas… Ah ! voilà la liqueur enchanteresse… (Le domestique apporte le thé.) Anaïs aux grands pieds, servez-nous ça…


MISS.

Je vais vous faire le thé à la religieuse…


MARTHE.

Ce doit être encore une obscénité, comme l’histoire du moine…


BARNAC, (s’asseyant.)

Il fait délicieux sous ces tilleuls centenaires… (Il fume béatement son cigare. Marthe s’interrompt de faire des sauts à la corde, lui enlève le cigare de la bouche, puis l’embrasse.) Ça remplace avantageusement le tabac… (Elle emporte le cigare.) Eh bien… eh bien… et mon cigare, petite voleuse ?…


MARTHE, (courant.)

Tu fumes trop, mon chéri !… La Faculté a ordonné : pas plus de deux par jour !…