Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 11, 1922.djvu/207

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



BARNAC.

Puisque tu me donnes le choix, une baignoire. J’irai avec la petite.


LEGARDIER.

Elle ne s’amusera pas, je t’en préviens ! Bonsoir, Genius.


BARNAC.

Vraiment ? Tu te sauves ?… Une seconde, je t’en prie.


LEGARDIER.

On m’attend à la Mazarine ; il faut bien que le sous-bibliothécaire de la Mazarine fasse tout de même, de temps en temps, acte de présence !… Vous avez d’ailleurs à parler affaires, Genius et toi.


BARNAC.

Affaires ?


LEGARDIER.

La meilleure preuve, c’est que, discrètement, il a laissé sa femme dans le taxi.


BARNAC.

Ta femme est en bas ?… Pourquoi ne l’as-tu pas fait monter ?


GENIUS.

Mais, il vient de te le dire. Je ne te dérange aujourd’hui que comme président de la Société des auteurs…


BARNAC.

À propos de quoi ?


GENIUS.

À propos de la réunion des directeurs de ciné.


LEGARDIER.

Oh ! le ciné !