Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 11, 1922.djvu/331

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



BARNAC, (avec hésitation.)

Et…


JACQUES.

Quoi ?…


BARNAC, (brusquement, il se lève.)

Rien… Je vais vous donner les joujoux… Ne bougez pas et ne regardez pas non plus…

(Les enfants, le dos tourné à Barnac, se consultent.)

JACQUES.

Qu’est-ce que tu crois que ça va être ?…

(Il ouvre le placard.)

BARNAC, (revenant les mains chargées de paquets.)

Défaites les paquets… Là… À nous trois…


JACQUES.

Oh ! merci, Tonton Poum !… Tu nous as gâtés !…


BARNAC.

Vous me remerciez avant même d’avoir regardé !… Attendez… (Il défait les cartons et exhibe des joujoux mécaniques.) Ça se remonte… Ça fait des tas de mouvements. Tiens, il faut tourner la clef à droite… bien doucement… (Il se met à quatre pattes avec les enfants, ravis, qui poussent des exclamations.) Na, tu vois… tout de suite ça remue… C’est un truc admirable…