Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 11, 1922.djvu/42

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



NUNEZ.

Consuelito !… Viens voir mon ouvrage !… Consuelito !…

(Il rentre dans le château en criant.)

L’ÉCUYER.

Il est mûr pour l’encens et le buis !


LE CHAPELAIN.

Il a les chairs hachées comme par un carnassier ou par un corbeau de charnier !…


LE CHEVALIER.

Et sa chute l’a achevé !


L’ÉCUYER.

En voilà un qui ne criera plus « Jérusalem » !

(On accourt avec des torches.)

UN VALET.

Que se passe-t-il ?


UN ARCHER.

On a trouvé l’homme.


DEUXIÈME VALET.

Il a été écorné de belle façon !


LE VALET ET L’ARCHER, (ensemble.)

La figure est en bouillie ! Quelle saignée !


LE CHEVALIER.

Portez le corps près de la fontaine !… Lavez la tête !


PREMIER ARCHER.

Le pouls ?…


DEUXIÈME VALET.

Il ne bat plus !… Le malheureux !

(Ils poussent des exclamations variées d’horreur et de dégoût.)