Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 11, 1922.djvu/87

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


mage des belles filles de Séville lui eût été sensible, à ce grand sacripant, N’oubliez pas, au moins, d’aller jeter des fleurs sur sa tombe !…


UNE FILLE.

Vous le connaissiez ?


DON JUAN.

Depuis sa naissance… N’est-ce pas, Alonso ?


ALONSO.

Il sait par cœur toutes ses aventures !…


DON JUAN.

Toutes, même celles dont il se vantait et qui n’étaient pas authentiques ! Si je te les racontais, ma belle, je te ferais rougir jusqu’à la ceinture…


LA FILLE.

Alors, c’était vraiment un… un…


DON JUAN, (riant.)

Certes !… Tu as trouvé le mot juste, mon enfant !…


UNE AUTRE.

Est-il vrai qu’il était si beau, si beau que ça ?…


DON JUAN.

Plus encore !


ALONSO.

Vingt fois plus beau que lui !


UNE FILLE.

Naturellement.


UNE AUTRE.

Vous deviez être fier de son amitié ?…