Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 4, 1922.djvu/216

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


vous… vous voyez, je vous aide, jeune homme, qu’il y ait eu des rapports intimes entre ce monsieur ?…


FRANÇOIS.

Et Madame ? Ce ne serait pas absolument impossible.


SAINT-VAST.

D’où tirez-vous cette hypothèse, mon ami ?


FRANÇOIS, (riant.)

Je leur ai porté le chocolat au lit le matin.

(Madame Laub ouvre la porte de la salle à manger.)


Scène VIII


Les Mêmes, MADAME LAUB, THÉRÉSETTE


MADAME LAUB, (entrant, suivie de Thérésette.)

Ah, bah !

(François se retire.)

MADAME LAUB, (à Saint-Vast.)

Savez-vous ce que vous êtes en train de faire, vous ?


SAINT-VAST.

Non. Mais je serais bien aise de le savoir.


MADAME LAUB.

Vous êtes en train de faire bavarder l’ancien valet de chambre de Rosine.