Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 5, 1922.djvu/134

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



MADAME GARZIN.

Tenez-vous donc !… Voilà les danses finies. On va partir… Voyons, tenez-vous ! Voici la petite danseuse.

(Lolette se lève, lasse, vague.)

LOLETTE, (à la danseuse.)

Vous partez tout de suite ?…


ISADORA.

Vous dites ?


LOLETTE.

Vous partez tout de suite ?


ISADORA.

Oh ! oui… mon fiacre est en bas… avec mon petit frère dedans… Je vais prendre mon manteau.

(Elle monte l’escalier au haut duquel, sur la rampe, elle avait mis un grand pardessus sac à carreaux.)

MADAME GARZIN, (à Lolette.)

Je sais ce que c’est. Votre mari vous a rabrouée un peu trop tout à l’heure… et ça vous a mise sens dessus dessous.

(La danseuse redescend et enfile son pardessus.)


Scène XII


Les Mêmes, GRÉVILLE, ROLSINI, puis BERNIER et LA PRINCESSE, LE PRINCE, TABOUROT.


GRÉVILLE.

Minute… je vous accompagne… Eh bien, et vos pieds ? Si vous vous blessez ?