Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 5, 1922.djvu/69

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



QUELQU’UN, (s’approchant de Bernier.)

Cher maître !… cher maître !


PREMIER PEINTRE.

Tu vois comme on vieillit en cinq minutes !


SELLIER, (à Bernier.)

Allons, viens mettre le cartel d’or en bas de ton tableau…


BERNIER, (modeste.)

Non… non !… Ça n’a aucune importance… Lolette est fatiguée !


CHAILLARD.

Qu’est-ce qu’elle a ? Malade ?


BERNIER.

L’émotion, la pauvre petite.


TABOUROT.

Elle ne cache pas son bonheur, au moins…


LOLETTE.

Vous savez, ce ne serait pas commode à cacher !…


UN PEINTRE.

Ah ! la gloire ! le laurier !


SELLIER.

Le canon !


GRÉVILLE, (arrivant.)

Le canon des Invalides !


LOLETTE.

Dieu, le canon !… C’est encore pour toi, çà ?

(On s’esclaffe.)