Page:Batut - La photographie appliquée à la production du type d’une famille, d’une tribu ou d’une race.djvu/14

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
— 13 —

se sert, comme siège, d’un tabouret de piano à vis et, pour régler la hauteur, de deux liteaux cloués à angle droit en forme de toise.

Vos clichés obtenus, il ne reste qu’à les développer et à en tirer des épreuves par les procédés habituels. Il est bon que ces épreuves soient d’une intensité sensiblement égale les unes par rapport aux autres.

Observons que, puisque la mise au point est invariable pour toute la série, les têtes seront toutes d’égale grandeur ou, du moins, n’auront entre elles que des différences proportionnelles à celles qu’elles ont en réalité chez les modèles, différences dont on n’a pas à tenir compte dans la pratique. (On peut observer sur notre Planche II des différences de grandeur dues à l’âge des modèles, qui n’ont pas eu d’influence fâcheuse sur la production du type.)

Passons maintenant à la seconde partie : Production du type.

Puisque toutes les têtes doivent impressionner la même glace sensible, il est évident qu’elles devront pouvoir se placer successivement dans une position identique. Ce résultat, qui semble assez délicat, peut être atteint par le tour de main suivant. Vous prenez une de vos épreuves que vous devez avoir en double, car il faut la sacrifier, et vous en percez les yeux avec