Page:Baude, Fragments d'histoire ou Hier et aujourd'hui à la faveur d'une promenade dans les rues et aux environs de Fort-de-France, Imprimerie officielle Fort-de-France, 1940.djvu/100

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

mètres et dont l’eau ferro-carbonatée acidule a la température de 30° 3. L’habitation sur laquelle est cette source a appartenu à Mme de Sarcus dont a hérité Mme Moutte aînée. La Rivière Madame coule à ses pieds. Elle est sur un des coteaux du Morne-Magloire célèbre dans les fastes de la Colonie par l’énergique et courageuse résistance qu’opposèrent en 1809 à l’invasion anglaise, les deux batteries élevées sur ses contreforts O. et N.-O. et dans lesquelles s’était mise en embuscade une faible partie des troupes et des vaillantes milices martiniquaises. L’on voit peut-être encore dans une ravine voisine de Moutte, la ravine José, une énorme roche où avait été se loger un boulet de 24 qui y était resté incrusté.

La guérison heureuse et inopinée de l’Amiral de Mackau quand il gouvernait la Martinique a eu lieu naguère à Moutte[1].

L’Ecole d’enseignement technique et professionnel y fut provisoirement installée en 1939.

On passe au pied du « Morne Pichevin » désigné naguère sous les noms de « hauteur des Capucins[2], de Morne des Capucins[3] ». La « Pointe des Capucins» est indiquée dans des plans de 1766, 1769 et 1783[4].

Une concession avait été accordée à ces religieux sur cette colline « au-dessus du canal du Carénage ». « Il existait déjà sur ce morne un petit hôpital qui servait de sanatorium aux soldats et colons du quartier, ainsi qu’une petite chapelle construite probablement par les bons soins de Mme de Gourselas, femme pieuse et renommée pour sa charité, qui en assurait l’entretien[5]. »

Dans un plan des environs du Fort Bourbon du 14 mai 1844[6], des constructions sont indiquées à peu près à l’en-

  1. Moniteur de la Martinique, 12 juillet 1855.
  2. Archives Ministère Colonies n° 23.
  3. Archives Ministère Colonies et Atlas Antilles Vol. 1.
  4. Archives Ministère Colonies n° 291, 307, 380.
  5. La Martinique au premier siècle de la colonisation par M. Maurice de Lavigne Sainte-Suzanne, page 132.
  6. Arch. min. col. n. 990.