Page:Baudelaire - Les Fleurs du mal 1857.djvu/217

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


LXXXIX

L’AMOUR ET LE CRÂNE

vieux cul-de-lampe


L’Amour est assis sur le crâne
De l’Humanité,
Et sur ce trône le profane,
Au rire effronté,

Souffle gaîment des bulles rondes
Qui montent dans l’air,
Comme pour rejoindre les mondes
Au fond de l’éther.