Page:Baudelaire - Les Fleurs du mal 1857.djvu/224

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


XCI

ABEL ET CAÏN



Race d’Abel, dors, bois et mange :
Dieu te sourit complaisamment,

Race de Caïn, dans la fange
Rampe et meurs misérablement.

Race d’Abel, ton sacrifice
Flatte le nez du Séraphin !