Page:Baudelaire - Lettres 1841-1866.djvu/33

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


5. — Est-il bien sûr que MM. G et D, qui ne savent pas garder le secret de leur misère, garderont le secret de la nôtre ?

6. — Pourquoi Baschet céderait-il à son noble amour-propre, et ne déclarerait-il pas qu’il regarde comme plus sûr de ne paraître qu’avec des garanties pécuniaires, et qu’il faut attendre ?

Toutes ces réflexions me sont personnelles.

A moins que cela ne vous dérange énormément, relativement au travail que vous avez à faire sur de Vigny, je serais bien aise qu’au lieu de m’envoyer votre commissionnaire demain matin, vous vinssiez vous-même.

25. Rue des Marais-da-Temple.

En sortant de chez moi, vous pourrez voir Champfleury.



A MONSIEUR GODEFROY


Lundi, le 23 Février 1852.


J’ai des reproches à me faire, vis à vis de vous. J’espère que cela ne m’arrivera plus. Si le Comité agrée à ma demande, je réparerai cela tout de suite. Si votre voix compte pour quelque chose, servez-moi. Ma situation est bonne. Je dois 42 fr., et j’envoie une très curieuse nouvelle.

Veuillez agréer toutes mes amitiés.