Page:Baudoin - Recueil d emblemes Tome II.djvu/1012

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


ïçS J^frìl y a. des hommes fA n, que tes crìtnes ſe puìjfent temïmï autrement que par la-fn de ta vie A cecy ſe rapporte cc que l’Histoite raconte de Sylla. Un. peu apres quà ſorce de brigues il eut pris un imperieux aſeendant ſur la Re- publiquc Romaine , & rcduit les principaux Senateurs à ſe dcclarer pour luy,, comme il vid un jour, qu un ſeul Seevola refuſoir abfo- lument en pleine assemblée , de donner ſa voix audeſavantage de Marius ; il euc recours aux mena. ces, pour le eontraindre par force à ce qu’il ne vouloit point faire de grc. Mais Sccvola ſans s’éton- ner ; Crìe tant que tu •vouâns, luy dit-il, je ne craìns nytes parolles ta puijſance. Ma reſolution ſe trouvé plus forte que ton entrepriſe ; & tou• tes ces trouppes de gens de guern, ènt tu tiens la Cour comme ajfiegée, ne ſerontpas capables d’ébranler tant fiii peu la femeté de mon ame. Car û u me ſera jamais reprochc > que Eur un